Communiqués de presse

Santé Canada approuve ONUREGMD (comprimés d’azacitidine), le premier traitement d’entretien pour les patients en rémission d'une leucémie myéloïde aiguë 

ONUREGMD a produit une augmentation cliniquement significative sur le plan de la survie globale chez les patients. 

Approved

11/01/21

Montréal – 12 janvier 2021 – Bristol Myers Squibb Canada (BMS) a annoncé aujourd’hui que Santé Canada a approuvé ONUREGMD (comprimés d’azacitidine) en tant que premier et seul traitement d’entretien autorisé au Canada pour les patients adultes atteints de leucémie myéloïde aiguë (LMA) qui ont obtenu une rémission complète (RC) ou une rémission complète avec rétablissement hématologique incomplet (RCi) après un traitement d’induction avec ou sans traitement de consolidation et qui ne sont pas admissibles à une greffe de cellules souches hématopoïétiques (GCSH)[1].

La LMA est un trouble clonal hétérogène caractérisé par une prolifération de cellules myéloïdes immatures et une défaillance de la moelle osseuse. Il s’agit de la forme la plus courante de leucémie aiguë chez l’adulte, comptant pour environ 80 % des cas chez cette population[2],[3],[4]. On estime que 40 à 60 % des patients âgés de 60 ans et plus et que 60 à 80 % des patients âgés de moins de 60 ans obtiendront une rémission complète après une chimiothérapie d’induction; toutefois, 50 % d’entre eux connaîtront une récidive dans l’année qui suit[5],[6]. En cas de récidive, la survie à long terme est de six mois en moyenne[7]. En 2015, on estime que 1 235 Canadiens ont reçu un diagnostic de LMA; le taux d’incidence global au Canada est de 3,46 sur 100 000 personnes[8],[9].

« Bien que la majorité des patients atteints de LMA obtiennent une rémission complète avec une chimiothérapie intensive, de nombreux patients en rémission connaîtront une récidive de la maladie, surtout s’ils n’étaient pas éligibles à une greffe de cellules souches.  Jusqu’à présent, il n’y avait aucun traitement de référence établi pour les Canadiens en rémission de la LMA et qui ne sont pas éligibles à une greffe de cellules souches », a expliqué le Dr Andre Schuh, Princess Margaret Cancer Centre, Toronto.  « L’approbation d’ONUREGMD est importante, car elle donne aux patients non éligibles à la transplantation une nouvelle option thérapeutique qu’ils peuvent prendre pendant leur rémission et qui peut améliorer leur survie. »

ONUREGMD est un inhibiteur métabolique nucléosidique à prise orale qui agit en empêchant la croissance des cellules cancéreusesr. ONUREGMD s’incorpore dans les éléments constitutifs des cellules (acide désoxyribonucléique [ADN] et acide ribonucléique [ARN]), interférant avec la production de nouvel ADN et de nouvel ARN. On croit que ce mécanisme entraîne la mort des cellules cancéreuses dans les cas de leucémie[10].

 

« L’approbation d’ONUREGMD est une extension de notre engagement continu envers les Canadiens atteints d’un cancer du sang », a indiqué Al Reba, directeur général, Bristol Myers Squibb Canada. « Nous sommes fiers que cette therapie va aider à combler un besoin important pour les Canadiens en rémission de la LMA et qu’elle aura un impact positif sur leur vie, quotidienne. »

L’approbation d’ONUREGMD par Santé Canada repose sur les résultats de l’essai clinique QUAZAR AML-001. Cet essai multicentrique de phase III à répartition aléatoire, à double insu et contrôlé par placebo a été mené auprès d’adultes âgés de 55 ans ou plus atteints de LMA. Dans le cadre de l’étude, les patients ont été répartis au hasard, soit à Onureg soit au placebo, dans les quatre mois suivant l’obtention d’une première RC/RCi à la suite d’une chimiothérapie d’induction intensive et qui n’étaient pas admissibles à une greffe de cellules souches[11]. Les résultats de l’étude ont montré que la survie globale médiane (SG) était significativement plus longue avec ONUREGMD en comparaison avec le placebo : 24,7 mois p/r à 14,8 mois [RR de 0,69 (IC à 95 % : 0,55; 0,86); p = 0,0009], ce qui indique une réduction de 31 % du risque de décès dans le groupe ONUREGMD. La survie sans récidive (SSR), le principal critère secondaire de l’étude, soutient les résultats de la survie globale. La SSR médiane était de 10,2 mois pour ONUREGMD comparativement à 4,8 mois pour le placebo [RR de 0,65 (IC à 95 % : 0,52; 0,81); p = 0,0001][12].

 

À propos de Bristol Myers Squibb Canada

La Société Bristol Myers Squibb Canada est une filiale indirecte appartenant en propriété exclusive à Bristol Myers Squibb Company, une société biopharmaceutique d’envergure mondiale dont la mission est de découvrir, de mettre au point et de fournir des médicaments novateurs ayant pour but d’aider les patients à combattre des maladies graves. Pour obtenir de plus amples renseignements sur les activités de Bristol Myers Squibb à l’échelle mondiale, visitez le site www.bms.com. La Société Bristol Myers Squibb Canada offre des médicaments novateurs pour le traitement des patients canadiens atteints d’une maladie grave dans les domaines de la santé cardiovasculaire, de l’oncologie et de l’immunoscience. Elle compte près de 400 employés à l’échelle du pays. Pour plus d’information, visitez le site www.bms.com/ca/fr.

À propos de Bristol Myers Squibb

Bristol Myers Squibb est une société pharmaceutique d’envergure mondiale dont la mission est de découvrir, de mettre au point et de fournir des médicaments novateurs qui aident les patients à vaincre des maladies graves. Pour en apprendre davantage sur Bristol Myers Squibb, visitez le site BMS.com ou suivez-nous sur LinkedIn, Twitter, YouTube, Facebook et Instagram.

– 30 –

Les représentants des médias doivent s’adresser à :

Rachel Yates

Responsable, Affaires corporatives

Bristol Myers Squibb Canada

Rachel.Yates@bms.com

Alannah Nugent

Chargée de compte, Santé

Edelman

Alannah.nugent@edelman.com

Références

 

 

[1] Monographie de produit d’ONUREGMD, janvier 2021.

[2] Saultz JN, Garzon R. J Clin Med 2016;5:33. Consulté le 11 décembre 2020.

[3] Société de leucémie et lymphome du Canada. Acute Myeloid Leukemia. Accessible à l’adresse : https://www.sllcanada.org/sites/default/files/National/CANADA/Pdf/InfoBooklets/FR/AML%20Fact%20Sheet%2012-2019.pdf. Consulté le 11 décembre 2020.

[4] De Kouchkovsky I, Abdul-Hay M. Blood Cancer J 2016;e441:DOI:10.1038/bcj.2016.50. Consulté le 11 décembre 2020.

[5] Dohner et al. Blood. 2017;129(4):424–47. Consulté le 11 décembre 2020.

[6] SEER Cancer Statistics, 2007-2013. Consulté le 11 décembre 2020.

[7] Xu J, et al. Medicine (Baltimore) 2018;97:e12102. Consulté le 11 décembre 2020.

[8] Statistique Canada. Estimations de la population au 1er juillet, par âge et sexe. Accessible à l’adresse : https://www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/fr/tv.action?pid=1710000501&pickMembers%5B0%5D=1.1&pickMembers%5B1%5D=2.1&cubeTimeFrame.startYear=2015&cubeTimeFrame.endYear=2016&referencePeriods=20150101%2C20160101&request_locale=fr. Consulté le 11 décembre 2020.

[9] Shysh et al. BMS Public Health (2018) 18:94. Consulté le 11 décembre 2020.

[10] Monographie de produit d’ONUREGMD, janvier 2021.

[11] Monographie de produit d’ONUREGMD, janvier 2021.

[12] Monographie de produit d’ONUREGMD, janvier 2021.