Communiqués de presse

Santé Canada approuve ABECMAMC (idécabtagène vicleucel), la première et la seule thérapie CAR-T dirigée vers un antigène de maturation des lymphocytes B (BCMA) pour le traitement du myélome multiple récidivant et réfractaire.

ABECMAMC est la première thérapie cellulaire personnalisée offerte aux patients canadiens pour le traitement des adultes atteints d’un myélome multiple qui ont reçu au moins trois traitements antérieurs, et dont la maladie est réfractaire au dernier traitement administré1

Approved , BMS

31/05/21

Montréal – le 31 mai 2021 – Bristol Myers Squibb Canada (BMS) a annoncé aujourd’hui que Santé Canada a accordé une approbation conditionnelle (AC-C) pour ABECMAMC (idécabtagène vicleucel; idé-cel) à titre de première et seule immunothérapie par des lymphocytes T porteurs de récepteurs antigéniques chimériques (CAR-T) dirigée vers un antigène de maturation des lymphocytes B (BCMA) pour les adultes atteints de myélome multiple (MM). ABECMAMC est indiqué pour le traitement des patients présentant un myélome multiple qui ont reçu au moins trois traitements antérieurs, y compris un agent immunomodulateur, un inhibiteur du protéasome et un anticorps anti-CD38, et dont la maladie est réfractaire au dernier traitement administré[1]. Cette approbation conditionnelle est fondée sur les résultats de l’étude pivot de phase II KarMMa qui a démontré la capacité d’ABECMAMC à entraîner des réponses rapides, profondes et durables avec une seule perfusion[2].

« L’annonce d’aujourd’hui nous offre une nouvelle option de traitement bienvenue pour le myélome multiple », a déclaré le Dr Richard LeBlanc, hématologue et oncologue médical, chef médical du laboratoire d’immunologie clinique de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont et titulaire de la Chaire Myélome Canada sur le myélome multiple de l’Université de Montréal à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont. « Les CAR-T sont une avancée thérapeutique majeure contre le myélome multiple. L’administration d’une seule dose permet d’obtenir des taux de réponse élevés et en général de grande qualité. Ces réponses peuvent persister plusieurs mois malgré de multiples lignes de traitement préalables, ce qui permet aux patients traités de maintenir une qualité de vie. »

ABECMAMC, une thérapie CAR-T, utilise les lymphocytes T des patients pour créer une version personnalisée de leur propre système immunitaire, ce qui pourrait améliorer les chances de réponse antitumorale longtemps après l’administration du traitement[3],[4],[5],[6]. En tant que thérapie CAR-T dirigée contre un antigène de maturation des lymphocytes B (BCMA), ABECMAMC reconnaît et se lie à BCMA, une protéine presque universellement exprimée sur les cellules cancéreuses dans le cas du myélome multiple, ce qui entraîne la mort des cellules exprimant la protéine BCMA[7].

 « Chaque jour, neuf Canadiens reçoivent un diagnostic de myélome multiple, mais malgré la prévalence croissante, les options thérapeutiques actuelles ne sont pas suffisantes et il existe toujours un besoin critique non comblé pour les patients qui ont reçu de nombreux traitements », déclare Martine Elias, directrice générale de Myélome Canada. « L’introduction de la thérapie CAR-T signifie qu’il existe désormais une nouvelle option importante pour les Canadiens atteints d’un myélome multiple de stade avancé. »

Le myélome multiple est un cancer hématologique qui se développe lorsqu’une accumulation de plasmocytes malins se forme dans la moelle osseuse et limite la capacité des autres cellules sanguines à se développer et à fonctionner normalement[8]. En 2020 seulement, on estime que 3 400 Canadiens ont reçu un diagnostic de myélome multiple[9] et que 7 460 en sont actuellement atteints[10]. Maladie incurable qui mute au fil du temps, le myélome multiple évolue naturellement vers un myélome multiple récidivant ou réfractaire (MMRR). Cela se traduit par un fardeau accru de la maladie et une diminution de la profondeur et de la durée de la réponse à chaque cycle de traitement successif[11],[12],[13],[14],[15],[16].

« ABECMAMC est le premier traitement d’un portefeuille de thérapies CAR-T que BMS a actuellement en développement répondant aux besoins des patients qui disposent d’options thérapeutiques limitées », déclare Al Reba, directeur général, Bristol Myers Squibb Canada. « Cette approbation est une étape cruciale dans notre parcours visant à offrir des thérapies cellulaires novatrices aux Canadiens atteints d’un cancer du sang avancé comme le myélome multiple en collaboration avec notre réseau d’établissements de traitement à travers le Canada ».

L’approbation d’ABECMAMC par Santé Canada est fondée sur les résultats de l’essai de phase II KarMMa mené auprès de 122 patients présentant un MMRR qui ont reçu au moins trois traitements antérieurs, y compris un agent immunomodulateur, un inhibiteur du protéasome et un anticorps anti-CD38, et dont la maladie était réfractaire au dernier traitement administré[17]. L’approbation conditionnelle est fondée sur le taux de réponse globale, le taux de réponse complète et la durabilité de la réponse[18]. Les patients inclus dans l’étude ont été fortement prétraités, 84 % d’entre eux étaient réfractaire aux trois classes de traitement[19]. La durée médiane du suivi dans le cadre de l’essai KarMMa était de 13,3 mois[20]. ABECMA a entraîné un taux de réponse globale de 74 % et un taux de réponse complète (RC) de 32 %[21].Le début de la réponse était rapide, avec un délai médian d’un mois[22].

La durée médiane de la réponse était d’au moins 11 mois chez ceux qui ont obtenu une réponse partielle (RP) et de 19 mois chez ceux qui ont obtenu une RC[23]. Une amélioration de la survie sans progression ou de la survie globale n’a pas encore été établie[24].

Le profil d’innocuité d’ABECMAMC s’est révélé favorable dans l’ensemble[25], la plupart des effets indésirables étant survenus au cours des 8 premières semaines de traitement, à l’exception de l’hypogammaglobulinémie et des infections[26]. Les effets indésirables les plus courants excluant les anomalies décelées en laboratoire comprenaient le syndrome de relargage de cytokines (SLC), les infections par des agents pathogènes non précisés, la diarrhée, la fatigue, les nausées, les infections virales, l’encéphalopathie, la pyrexie, la toux, la diminution de l’appétit, les céphalées, l’œdème et l’hypogammaglobulinémie[27]. Des effets indésirables graves sont survenus chez 67 % des patients[28]. Les effets indésirables graves les plus courants comprenaient le SLC, la détérioration de l’état physique général, la pneumonie et la neutropénie fébrile[29]. Les effets indésirables « non biologiques » de grade 3 ou 4 les plus courants étaient la neutropénie fébrile et les infections par des agents pathogènes non précisés[30]. Chez les patients présentant une neutropénie persistante, le temps de rétablissement médian était de 1,9 mois[31]. Chez les patients présentant une thrombocytopénie persistante, le temps de rétablissement médian était de 2,1 mois[32].

À propos de la recherche de Bristol Myers Squibb sur la thérapie cellulaire

Grâce à de nouvelles approches de fabrication et à une plateforme de chaîne d’approvisionnement bien établie à travers un vaste réseau d’établissements de pointe, BMS fait progresser la recherche sur la thérapie cellulaire. Ayant établis des installations de fabrication de produits d’immunothérapie avec des technologies de pointe et des équipes de fabrication hautement qualifiées, BMS s’emploie à rendre la thérapie cellulaire possible pour les patients canadiens qui en ont besoin.


L’investissement de BMS dans l’utilisation de la technologie de la prochaine génération pour optimiser le processus et la capacité de fabrication permettra de réduire les complexités et les délais d’exécution, d’améliorer le contrôle des produits et de réduire les coûts de fabrication. Ces efforts permettront en fin de compte de réduire le coût de ces nouveaux traitements afin que les patients puissent en bénéficier le plus rapidement et de la manière la plus sécuritaire possible.

À propos d’Ide-cel

Ide-cel est une immunothérapie autologue à lymphocytes T, génétiquement modifiés, porteurs de récepteurs antigéniques chimériques (CAR-T) dirigée vers un antigène de maturation des lymphocytes B (BCMA)[33]. Le récepteur CAR d’Ide-cel est composé d’un fragment variable à chaîne unique (scFv) extracellulaire d’un anticorps murin spécifique à l’antigène de maturation des lymphocytes B (BCMA), suivi d’une charnière CD8α humaine et d’un domaine transmembranaire fusionné aux domaines de signalisation cytoplasmique des lymphocytes T de CD137 (4-1BB) et de la chaîne CD3ζ, en tandem[34]. Ide-cel reconnaît l’antigène BCMA et se lie à ce dernier à la surface des cellules du myélome multiple, ce qui entraîne une prolifération de lymphocytes T CAR-positifs, la sécrétion de cytokines et l’élimination cytolytique subséquente des cellules exprimant l’antigène BCMA[35].

À propos de Bristol Myers Squibb Canada

La Société Bristol Myers Squibb Canada est une filiale indirecte appartenant en propriété exclusive à Bristol Myers Squibb Company, une société biopharmaceutique d’envergure mondiale dont la mission est de découvrir, de mettre au point et de fournir des médicaments novateurs ayant pour but d’aider les patients à combattre des maladies graves. Pour obtenir de plus amples renseignements sur les activités de Bristol Myers Squibb à l’échelle mondiale, visitez le site www.bms.com. La Société Bristol Myers Squibb Canada offre des médicaments novateurs pour le traitement des patients canadiens atteints d’une maladie grave dans les domaines de la santé cardiovasculaire, de l’oncologie et de l’immunoscience. Elle compte près de 400 employés à l’échelle du pays. Pour plus de renseignements, visitez le site www.bms.com/ca/fr.

 

 

 

[1] Monographie d’ABECMAMC. Bristol Myers Squibb. 27 mai 2021.

[2] Monographie d’ABECMAMC. Bristol Myers Squibb. 27 mai 2021.

[3] Monographie d’ABECMAMC. Bristol Myers Squibb. 27 mai 2021.

[4] Wang DY, Johnson DB, Davis EJ. Toxicities associated with PD-1/PD-L1 blockade. Cancer J. 2018;24(1):36-40.

[5] Davila ML, Riviere I, Wang X, et coll. Efficacy and toxicity management of 19-28z CAR T cell therapy in B cell acute lymphoblastic leukemia. Sci Transl Med. 2014;6(224):224ra25.

[6] Teachey DT, Bishop MR, Maloney DG, Grupp SA. Toxicity management after chimeric antigen receptor T cell therapy: one size does not fit ‘ALL.’ Nat Rev Clin Oncol. 2018;15(4):218.

[7] Monographie d’ABECMAMC. Bristol Myers Squibb. 27 mai 2021.

[8] Société canadienne du cancer. Myélome multiple En ligne : https://www.cancer.ca/fr-ca/cancer-information/cancer-type/multiple-myeloma/multiple-myeloma/?region=on. Consulté le 5 février 2021.

[9] Société canadienne du cancer. Statistiques sur le myélome multiple En ligne : https://www.cancer.ca/fr-ca/cancer-information/cancer-type/multiple-myeloma/statistics/?region=on. Consulté le 5 février 2021.

[10] Myélome Canada | Statistiques. Consulté le 17 mars 2021.

[11] Kumar S. Treatment of Newly Diagnosed Multiple Myeloma in Transplant-Eligible Patients. Current Hematologic Malignancy Reports. 2011;6(2):104-112. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21394431.

[12] Kumar S K, Lee J H, Lahuerta J J, et coll. Risk of progression and survival in multiple myeloma relapsing after therapy with IMiDs and bortezomib: A multicenter international myeloma working group study. Leukemia. 2012;26(1):149-157. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21799510.

[13] Nijhof I, Donk N, Zweegman S, Lokhorst H. Current and New Therapeutic Strategies for Relapsed and Refractory Multiple Myeloma: An Update. Drugs. 2018;78(1):19-37. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29188449.

[14] Sonneveld P. Management of multiple myeloma in the relapsed/refractory patient. Hematology Am Soc Hematol Educ Program. 2017;2017(1):508-517. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29222299.

[15] Sonneveld P. Management of multiple myeloma in the relapsed/refractory patient. Hematology Am Soc Hematol Educ Program. 2017;2017(1):508-517. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29222299.

[16] Usmani SZ, Weiss BM, Plesner T, et coll. Clinical efficacy of daratumumab monotherapy in patients with heavily pretreated relapsed or refractory multiple myeloma. Blood. 2016;128(1):37-44. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27216216.

[17] Monographie d’ABECMAMC. Bristol Myers Squibb. 27 mai 2021.

[18] Monographie d’ABECMAMC. Bristol Myers Squibb. 27 mai 2021.

[19] Munshi N, Anderson L, Shah N, et al. Idecabtagene Vicleucel in Relapsed and Refractory Multiple Myeloma. N Engl J Med 2021; 384(8): 705-716. https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa2024850

[20] Monographie d’ABECMAMC. Bristol Myers Squibb. 27 mai 2021.

[21] Monographie d’ABECMAMC. Bristol Myers Squibb. 27 mai 2021.

[22] Monographie d’ABECMAMC. Bristol Myers Squibb. 27 mai 2021.

[23] Monographie d’ABECMAMC. Bristol Myers Squibb. 27 mai 2021.

[24] Monographie d’ABECMAMC. Bristol Myers Squibb. 27 mai 2021.

[25] Monographie d’ABECMAMC. Bristol Myers Squibb. 27 mai 2021.

[26] Monographie d’ABECMAMC. Bristol Myers Squibb. 27 mai 2021.

[27] Monographie d’ABECMAMC. Bristol Myers Squibb. 27 mai 2021.

[28] Monographie d’ABECMAMC. Bristol Myers Squibb. 27 mai 2021.

[29] Monographie d’ABECMAMC. Bristol Myers Squibb. 27 mai 2021.

[30] Monographie d’ABECMAMC. Bristol Myers Squibb. 27 mai 2021.

[31] Monographie d’ABECMAMC. Bristol Myers Squibb. 27 mai 2021.

[32] Monographie d’ABECMAMC. Bristol Myers Squibb. 27 mai 2021.

[33] Monographie d’ABECMAMC. Bristol Myers Squibb. 27 mai 2021.

[34] Monographie d’ABECMAMC. Bristol Myers Squibb. 27 mai 2021.

[35] Monographie d’ABECMAMC. Bristol Myers Squibb. 27 mai 2021.