Rosario’s story - life with stomach cancer
Nos histoires

« Je ne suis pas brisée, j’assiste à ma renaissance »

Rosario, une employée de BMS et elle-même patiente, aide les patients grâce à son travail et transmet l’espoir à travers les « œuvres de guérison » qu’elle crée en tant qu’artiste.

20/12/23
Voici l’histoire de Rosario

Rosario est une mère dévouée, une artiste passionnée qui, en 2021, a reçu un diagnostic de cancer gastrique. Toutefois, elle ne s’est jamais sentie comme une patiente.

En tant que spécialiste des produits d’hématologie chez Bristol Myers Squibb à Monterrey, au Mexique, elle a toujours concentré ses efforts sur l’aide qu’elle peut apporter aux patient(e)s. 

Le fils de Rosario, Fernando, est son bras droit dans son studio d'art à domicile.

Fernando, le fils de Rosario, l’assiste dans son studio d’art, chez elle. Il la soutient dans son travail en important les matériaux, en achetant les fours qu’elle utilise pour son travail du verre et en suivant ses pas. Fernando est également un artiste, qui travaille désormais lui aussi le verre.

Un dimanche de 2021, Rosario, qui a maintenant 52 ans, a commencé son propre parcours en tant que patiente. Ce jour-là, ses jambes étaient enflées et douloureuses. Comme elle était en bonne santé, ces symptômes étaient un signal d’alerte pour Rosario. Elle avait aussi pris quelques kilos ce mois-là, ce qui constituait un autre signal d’alarme.

« C’était suspect, car j’ai toujours eu du mal à prendre du poids. J’ai toujours été très mince », déclare-t-elle.

Après les analyses habituelles, Rosario a reçu un diagnostic de cancer gastrique de stade 2. À présent, c’était elle la patiente.

Rosario a commencé à travailler le verre il y a 12 ans. Selon elle, le verre est un « matériau magique » qui peut être moulé en un objet aussi fragile ou solide que vous pouvez l’imaginer.

Rosario a commencé à travailler le verre il y a 12 ans. Selon elle, le verre est un « matériau magique » qui peut être moulé en un objet aussi fragile ou solide que vous pouvez l’imaginer.

Le plan pour rester en vie


« Lorsque j’ai lu les résultats, j’assistais à une réunion de tous les résidents et tout le personnel infirmier de l’Hôpital universitaire de Monterrey », se rappelle Rosario. « J’étais en état de choc, mais je ne pouvais pas me permettre de pleurer. De toute façon, je n’avais pas envie de pleurer. J’ai dû planifier ce que j’allais faire pour rester en vie. »

« Je suis passée à l’action : j’ai appelé mon assurance médicale et j’ai commencé à chercher des façons de me traiter. Ce type de cancer peut tuer une personne en trois mois », explique-t-elle.

Elle le sait parce que cinq membres de sa famille sont décédés d’un cancer gastrique.

Rosario a rencontré un oncologue qui l’a informée qu’elle avait une tumeur maligne dans l’estomac et qu’il fallait l’opérer. Rosario a agi de toute urgence.

« Avec le cancer gastrique, nous n’avons pas le temps », confesse-t-elle.

Les répercussions du cancer gastrique


Chaque année, plus d’un million de personnes dans le monde reçoivent un diagnostic de cancer gastrique, aussi appelé cancer de l’estomac. Les taux de survie varient en fonction de nombreux facteurs, notamment si le cancer est contenu dans l’estomac ou s’il s’est propagé. Le traitement varie également d’une personne à l’autre en fonction d’un certain nombre de facteurs et peut comprendre une intervention chirurgicale, une chimiothérapie, une radiothérapie, un traitement ciblé, une immunothérapie ou une combinaison de traitements.

La course vers la salle d’opération

 

Avant l’intervention chirurgicale, Rosario a informé son fils et sa fille, qui lui donnent la force de continuer dans cette épreuve, de son diagnostic et de son traitement : « une conversation extrêmement difficile à avoir », se souvient-elle.

Elle a fait des pieds et des mains pour terminer les projets professionnels en suspens parce qu’elle ne savait pas ce qui allait lui arriver. Ses proches lui disaient de tout laisser tomber et de se concentrer sur elle-même. « Mais je devais m’assurer que tout était en ordre avant d’entrer dans la salle d’opération. », déclare-t-elle.

Rosario a subi une intervention chirurgicale et 80 % de son estomac lui a été retiré.

« Je n’avais pas l’impression d’être une patiente atteinte d’un cancer, et je ne pensais pas que j’allais mourir », déclare Rosario. « Je suis restée très forte pendant le traitement. »
« J’étais absolument convaincue que je n’allais pas mourir. »


« Je ne suis pas brisée, j’assiste à ma renaissance »

Deux ans plus tard, la vie est un peu différente pour Rosario. Elle se fatigue plus facilement. Déjà très mince, elle a perdu environ 40 livres (18 kilos). « Le poids de ma valise avec un ordinateur portable et un iPad m’a déjà fait tomber pendant mes déplacements professionnels », se confie-t-elle.

Rosario's family viewing her artwork

La dernière série d’œuvres d’art en verre de Rosario, intitulée « Renaissance », est présentée dans l’atrium d’un hôpital de sa ville. Elle a récemment visité l’exposition en compagnie de son médecin, de son collègue de BMS, David Misael López, et de sa famille. Rosario considère ses collègues et son équipe médicale comme des membres de sa famille élargie.

Mais elle est heureuse. Elle trouve la paix et la guérison dans son art. Après de nombreuses années en tant que peintre, Rosario a commencé à travailler le verre, il y a 12 ans. Une exposition de ses œuvres est prévue dans neuf musées et galeries partout en Amérique et en Europe. Son art lui permet de partager son histoire.

« Le verre est très fragile tout en étant extraordinairement solide. C’est un matériau qui peut être recyclé, réassemblé et reconstitué. Les êtres humains, tout comme le verre, peuvent se briser. Mais nous pouvons nous reconstituer et devenir indestructibles », explique-t-elle.

Son art est également un moyen de guérison pour les autres.

« Ce qui me remplit de satisfaction, c’est que je peux soutenir les personnes grâce à mon art. J’appelle les pièces que je réalise des "œuvres de guérison ». J’ai vu des personnes examiner mon travail et pleurer lorsqu’elles se reconnaissaient dans les œuvres, et se dire : "C’est moi, j’ai été brisé(e) et je suis revenu(e) plus fort(e)." Je tiens à ce qu’elles sachent que le cancer n’est pas nécessairement mortel. Il est possible de ramasser les petits morceaux et de les recoller pour devenir encore plus fort(e), plus réfléchi(e) et plus beau/belle. »

Rosario avec des bulles

La dernière série d’art en verre de Rosario, intitulée « Rebirth », est exposée dans l’atrium d’un hôpital de sa ville. Elle a récemment visité l'exposition avec son médecin et collègue de BMS, David Misael López, et sa famille. Rosario considère ses collègues et son équipe médicale comme faisant partie de sa famille élargie.

Une nouvelle perspective


Rosario utilise maintenant son expérience pour renforcer l’engagement qu’elle avait déjà envers les patients bien avant son diagnostic.

« J’ai toujours été très déterminée à aider les patients, mais maintenant, j’ai l’expérience d’une patiente et je peux parler en tant que patiente », déclare Rosario.

alt

Le parcours de Rosario, son travail chez BMS et son art sont tous interconnectés dans cette pièce qu'elle a créée, intitulée « Love ». Rosario a déclaré que cela représente les valeurs de BMS et "comment, grâce à nos valeurs, nous pouvons aider à rassembler tous les morceaux brisés d'un patient et qu'il puisse être en vie et que son cœur puisse continuer à battre". Les points verticaux bleu clair sur la partie inférieure avant représentent formellement les patients eux-mêmes ainsi que les membres de la famille qui les soutiennent.

Ce qu’il faut savoir sur le cancer gastrique :
 

  • Le cancer gastrique, ou cancer de l’estomac, fait partie de la catégorie des cancers gastro-intestinaux, qui comprend également le cancer colorectal, le cancer de l’œsophage et le cancer du foie.
  • Le cancer gastrique est le cinquième cancer le plus courant à l’échelle mondiale, avec plus de 1 million de cas diagnostiqués chaque année.
  • Au Canada, environ 4 000 personnes recevront un diagnostic de cancer gastrique cette année.
  • Plus de 95 % des cancers gastriques sont des adénocarcinomes, qui se développent dans les cellules formant la paroi interne de l’estomac.
  • Le cancer gastrique est presque deux fois plus courant chez les hommes que chez les femmes.
  • Le cancer gastrique touche surtout les personnes âgées : 6 personnes sur 10 ayant reçu un diagnostic de cancer gastrique ont 65 ans ou plus

 

À propos de Bristol Myers Squibb


Bristol Myers Squibb est une société biopharmaceutique mondiale dont la mission est de découvrir, développer et fournir des médicaments innovants qui aident les patients à vaincre des maladies graves. En tant que citoyens du monde, nous travaillons de manière durable et responsable pour créer un impact positif dans les communautés où nous vivons et travaillons.



Articles liés