Cardiomyopathie hypertrophique : interview de Marie-Laure Papi

Un engagement historique en cardiologie


Apprenez-en plus sur la cardiomyopathie hypertrophique, y compris la raison pour laquelle il s'agit d'un domaine d'étude prioritaire pour les chercheurs de Bristol Myers Squibb, avec Marie-Laure Papi, vice-présidente, responsable du programme de développement, Développement cardiovasculaire mondial chez Bristol Myers Squibb.


Qu'est-ce que la cardiomyopathie hypertrophique (CMH) ?
 

La CMH est une maladie cardiovasculaire chronique et progressive. Les patients atteints de CMH ont un muscle cardiaque qui se contracte trop et, comme pour tout muscle, cette hypercontractilité provoque une augmentation de l’épaisseur du muscle cardiaque et plus précisément du ventricule gauche, c’est ce qu’on appelle l’hypertrophie.

Il existe deux types de CMH : obstructive et non-obstructive. Dans la CMH obstructive, le type le plus courant, la chambre de chasse du ventricule gauche (CCVG) où le sang quitte le cœur est obstruée par l'hypertrophie du muscle cardiaque, ce qui rend difficile la circulation du sang vers le reste du corps. Dans la CMH non obstructive, le muscle ne bloque pas le flux sanguin, mais provoque plutôt une altération diastolique en raison de sa nature élargie et rigide. 
 

Un engagement historique en cardiologie


Quel est l'impact de la CMH sur la vie des patients qui vivent avec la maladie ?
 

La CMH a un taux de morbidité élevé et un impact sur la vie des patients. La maladie est souvent héréditaire et c’est la forme la plus courante en termes de maladie cardiaque génétique. Elle peut survenir à tout âge, mais les patients sont généralement diagnostiqués dans la quarantaine ou la cinquantaine ; ils reçoivent un traitement chronique s’ils ont des symptômes ou alors ils reçoivent un traitement qu’ils devront prendre tout au long de leur vie.

Les patients atteints de CMH peuvent ressentir des douleurs thoraciques, des battements cardiaques irréguliers et des palpitations, un essoufflement, de la fatigue et des évanouissements, entre autres symptômes, qui peuvent avoir un impact sur leurs activités quotidiennes. Les patients atteints de CMH sont également plus à risque d'événements cardiovasculaires graves comme la fibrillation atriale, les accidents vasculaires cérébraux, l'insuffisance cardiaque et la mort subite d'origine cardiaque.

 

Ou en sommes-nous dans la prise en charge de la CMH ? Quels sont les besoins ?
 

Pour les personnes diagnostiquées, il n'existe actuellement aucun médicament approuvé qui puisse traiter la cause sous-jacente de la maladie. Il est important que nous continuions à éduquer et à informer les gens sur la CMH afin que les patients comprennent les facteurs de risque de cette maladie et puissent en discuter avec leur médecin. 

Actuellement, les options de traitement vont des thérapies telles que les βbloquants et les inhibiteurs calciques qui réduisent la fréquence cardiaque aux interventions chirurgicales. Cependant, même avec un traitement médical, la maladie continue souvent de progresser.

Cela indique qu'il existe un besoin réel et urgent d'options qui traitent la cause sous-jacente de la CMH chez les patients. Notre recherche vise à cibler les mécanismes moléculaires de la maladie, plutôt que de simplement gérer ses symptômes, comme la norme de soins actuelle.

Un engagement historique en cardiologie


En tant qu'employé de Bristol Myers Squibb depuis plus de deux décennies, qu'est-ce qui vous passionne dans le travail de l'entreprise dans ce domaine ?

 

J'ai passé les vingt dernières années au sein de l'entreprise et j'ai pu constater de visu le véritable impact, à grande échelle, que le travail que nous effectuons ici chez Bristol Myers Squibb a sur la vie des patients dans le monde entier à des étapes très différentes de la maladie. Je suis extrêmement fière de notre engagement à faire avancer la recherche et les nouvelles options de traitement, tout en sensibilisant le public aux maladies cardiovasculaires, afin d'améliorer la vie des patients et de leurs proches. 

 


CV-FR-2300298 – NP – Octobre 2023