Les cancers de la tête et du cou, des maladies peu connues

Les cancers de la tête et du cou, des maladies peu connues

Aussi appelés cancers de la sphère ORL ou encore cancers des voies aérodigestives supérieures (VADS), les cancers de la tête et du cou peuvent se développer au niveau de la bouche (notamment les lèvres, les gencives, la langue et les glandes salivaires), de la gorge (le pharynx, comprenant les amygdales), du nez (sinus et fosses nasales), des cavités de l’oreille moyenne, du larynx (qui abrite les cordes vocales), de la trachée (elle relie le larynx aux bronches), mais aussi de l’oesophage (qui fait partie du tube digestif)1.

Le tabac et l’alcool sont à l’origine de la majorité de ces cancers2. Consommés ensemble, les effets de l’alcool et du tabac ne s’additionnent pas, ils se multiplient1. Autre facteur de risque incriminé : l’infection par les papillomavirus.

Les cancers ORL

surviennent le plus souvent entre 50 et 64 ans11. Ils sont encore peu connus du public, pourtant chaque année en France, environ 15 000 personnes sont touchées1.

Les hommes sont plus touchés que les femmes (70 % des nouveaux cas)1. Cependant, on observe actuellement une tendance à la baisse dans la population masculine et une augmentation dans la population féminine. Cette évolution est liée au tabagisme, qui diminue chez les hommes et augmente chez les femmes1.

S’il est clairement établi que les principaux facteurs de risque des cancers de la tête et du cou sont le tabac et l’alcool3 , certains cancers ORL sont induits par l’infection par les HPV : c’est le cas des cancers de l’oropharynx. La population affectée est généralement plus jeune, ne fume pas ou peu et la proportion de femmes est plus élevée4 .

Les infections à HPV

font partie des infections sexuellement transmissibles (IST) les plus fréquentes dans le monde. Les virus HPV se transmettent par simple contact au niveau des parties génitales5. Le préservatif ne protège que partiellement contre ces virus5. Environ 80 % des femmes et des hommes sont exposés à ces virus au cours de leur vie6 mais le corps parvient en général à les éliminer. Parfois, malheureusement, l’infection persiste et peut évoluer vers un cancer des années plus tard6.


Face à des facteurs de risques bien identifiés, priorité à la prévention !

Une couverture vaccinale très insuffisante en France

Les papillomavirus humains (HPV) sont à l’origine de 8 localisations de cancers6 : col de l’utérus, vulve, vagin, pénis, anus, cavité orale, larynx et oropharynx. Chaque année, plus de 6 300 nouveaux cas de cancers sont liés aux HPV et les cancers de l’oropharynx représentent à eux seuls 35% des cancers liés aux HPV7. Malgré cet état des lieux préoccupant, chez les jeunes filles de 16 ans, la couverture vaccinale contre les papillomavirus humains était de 21,4 % au 31 décembre 20178. La vaccination est pourtant recommandée pour toutes les jeunes filles de 11 à 14 ans (en rattrapage, elle peut également être proposée jusqu’à 19 ans)9.

La vaccination est d’autant plus efficace que la personne n’a pas encore été exposée au risque d’infection. Il faut néanmoins savoir que les vaccins protègent contre les types de virus HPV les plus fréquents mais pas la totalité d’entre eux.

Enfin, la Haute autorité de Santé devrait rendre, en 2019, un avis sur l’intérêt de vacciner également les garçons.

Aller chez le dentiste une fois par an10

On estime que le risque de développer un cancer de la bouche peut être multiplié par 45 chez les grands consommateurs de tabac et d’alcool11. Ainsi, réduire la consommation d’alcool12, en fréquence et en quantité, et arrêter le tabac13 réduisent le risque de cancer.

Par ailleurs, faire surveiller sa bouche par son dentiste une fois par an permet de détecter d’éventuelles lésions précancéreuses qu’il n’est pas facile de déceler par soi-même10.



1 : Les traitements des cancers des voies aérodigestives supérieures, collection Guides patients Cancer info, INCa, décembre 2018 (pages 9-15 ; pages 16-17 ;
2 : https://www.ameli.fr/hauts-de-seine/assure/sante/themes/cancer-voies-aerodigestives/prevention
3 : https://www.e-cancer.fr/Patients-et-proches/Les-cancers/Cancers-de-la-sphere-ORL-voies-aerodigestives-superieures/Les-points-cles
4 : Cancers de l’oropharynx et papillomavirus oncogènes – Infos patients – Institut Gustave Roussy, page 6 https://www.gustaveroussy.fr/sites/default/files/oropharynx-papillomavirus-2014.pdf
5 : Dépliant sur la vaccination contre les papillomavirus humains (HPV) – INCa, septembre 2018
6 : https://www.e-cancer.fr/Comprendre-prevenir-depister/Reduire-les-risques-de-cancer/Infections/Vaccination-contre-les-HPV-et-cancers
7 : Papillomavirus et Cancer – Etat des lieux et des connaissances Fiches repères, INCa, mai 2018
8 : Les cancers en France, l’essentiel des faits et chiffres - Édition 2019, Institut National du Cancer, page 7
9 : https://www.ameli.fr/hauts-de-seine/assure/sante/assurance-maladie/prevention-et-depistages/prevention-cancer-col-uterus
10 : https://www.ameli.fr/hauts-de-seine/assure/sante/themes/cancer-voies-aerodigestives/prevention#text_2035
11 : https://www.ameli.fr/hauts-de-seine/assure/sante/themes/cancer-voies-aerodigestives/definition-facteurs-favorisants
12 : https://www.ameli.fr/hauts-de-seine/assure/sante/themes/cancer-voies-aerodigestives/prevention#text_2031
13 : https://www.ameli.fr/hauts-de-seine/assure/sante/themes/cancer-voies-aerodigestives/prevention#text_2028