Thérapie cellulaire : Bristol Myers Squibb au cœur de l'innovation thérapeutique

08 décembre 2023
Bristol Myers Squibb, un nouvel espoir dans les cardiomyopathies


Preuve de sa puissance d’innovation, l'entreprise biopharmaceutique présente 73 communications scientifiques lors du congrès mondial de l’American Society of Hematology (ASH), notamment dans les thérapies cellulaires CAR-T, nouveaux traitements d’immunothérapie personnalisés pour lutter contre le cancer. Interview du Dr Jehan-Michel Béhier, Directeur médical, et du Dr Jérôme Garnier, Directeur de la division Onco-Hématologie de Bristol Myers Squibb France.

Quels sont aujourd’hui les enjeux de Bristol Myers Squibb ?


Jehan-Michel Béhier
Bristol Myers Squibb est une entreprise biopharmaceutique mondiale, centrée sur la médecine de spécialités dans des domaines où des besoins médicaux majeurs subsistent, comme les cancers et les maladies hématologiques. Leader dans les biothérapies, Bristol Myers Squibb s’est doté de plateformes technologiques très développées autour de quatre grands axes de recherche : les CELMoDs, nouvelle classe de médicaments qui ciblent la voie et la dégradation ciblée de protéines impliquées dans les processus cancéreux ; les thérapies cellulaires, et en particulier les CAR-T cells ; les petites molécules (les thérapies ciblées, les bispécifiques et les conjugués anticorps-médicaments, en anglais antibody-drug conjugates - ADC) qui révolutionnent la prise en charge de certains cancers hématologiques et les traitements d’immunothérapie développés avec succès en oncologie et en hématologie.

"Bristol Myers Squibb est le premier laboratoire à avoir mis à la disposition de la communauté médicale et des patients, deux CAR-T cells dans deux indications différentes, le myélome multiple et le lymphome diffus à grandes cellules B."
Dr Jérôme Garnier, Directeur de la division Onco-Hématologie, Bristol Myers Squibb France


Allez-vous annoncer de nouveaux résultats au cours du prochain congrès de l’ASH ?
 

Jehan-Michel Béhier
Une année encore exceptionnelle pour Bristol Myers Squibb, avec 73 communications, dont 22 présentations orales prévues, qui témoignent de l'intérêt de la communauté scientifique au niveau international. L’ASH est en effet l’occasion de faire le point sur plusieurs avancées thérapeutiques portées par nos équipes dans les cancers du sang. Nos recherches aboutissent à des résultats prometteurs pour améliorer l’espérance de vie et la qualité de vie des patients. Nous évoquerons notamment le rôle majeur des CAR-T cells, des immunothérapies individualisées, pour une meilleure prise en charge des lymphomes et des myélomes. L’autre champ de progrès est celui des agents de dégradation ciblée des protéines dans le myélome multiple et les lymphomes, avec la présentation de nouveaux résultats soulignant l'intérêt de leur activité immunostimulante.

 

Comment envisagez-vous le futur pour Bristol Myers Squibb ?
 

Jehan-Michel Béhier
Le futur pour Bristol Myers Squibb repose avant tout sur un important pipeline de nouvelles molécules avec différents modes d’action. Ce sont près de 50 molécules différentes dont une vingtaine en oncologie et une dizaine en hématologie avec de nouvelles générations de CAR-T cells, des CELMoDs, des anticorps conjugués et des anticorps bispécifiques. Notre portefeuille vise à répondre aux enjeux, améliorer la vie des patients et apporter des solutions thérapeutiques dans certaines maladies rares compliquées à traiter.

 

Quelle est l’attractivité de la France pour le développement clinique mené par Bristol Myers Squibb ?
 

Jérôme Garnier
La France est un territoire majeur pour Bristol Myers Squibb en termes de recherche clinique, puisqu’elle est la première filiale (hors Etats-Unis) en nombre de patients inclus dans nos essais cliniques, situation inhabituelle pour une filiale française d’un laboratoire international. Les forts partenariats développés avec les groupes coopérateurs français en oncologie et en hématologie (l’IFM pour le myélome multiple et le Lysa pour les lymphomes), l’existence de structures de recherche bien développées en France, l’efficacité du recrutement des patients dans les essais cliniques et la qualité des données recueillies sont de vrais atouts. Quelques chiffres pour illustrer l’approche très volontariste de la filiale française de Bristol Myers Squibb: plus de 100 millions d’euros sont investis chaque année, plus de 250 essais cliniques sont menés, dont 80 % consacrés à l’oncologie répartis dans plus de 1 000 centres en France. Quand les résultats des études sont concluants, nous mettons tout en oeuvre pour que les patients bénéficient le plus rapidement possible de ces innovations grâce au dispositif d’accès précoce. Bristol Myers Squibb est le premier laboratoire à avoir mis à la disposition de la communauté médicale et des patients, deux CAR-T cells dans deux indications différentes, le myélome multiple et le lymphome diffus à grandes cellules B.

 

Qu’est-ce que le registre DESCAR-T ?
 

Jérôme Garnier
Complémentaires des études cliniques, les données de vie réelle obtenues en pratique quotidienne bénéficient maintenant d’une vraie reconnaissance de la part de la communauté scientifique et des autorités de santé. Bristol Myers Squibb, en partenariat avec l’IFM et le Lysa, participe au registre français DESCAR-T, dont l’objectif est de suivre les patients traités en routine par CAR-T cells et d’évaluer l’efficacité et la tolérance de ces traitements dans des conditions réelles d’utilisation. DESCAR-T constitue une base de référence pour le monde médical, à l’échelle française et au niveau européen.

Nathalie Charbonnier

 

Communiqué extrait du dossier spécial Grand Angle « Thérapie cellulaire : BRISTOL MYERS SQUIBB AU CŒUR DE L’INNOVATION THÉRAPEUTIQUE» réalisé par l'agence CommEdition, en parution dans Le Monde daté du 10/12/2023 


HE-FR-2300482-Décembre 2023

plus d'actualités